Votre panier : 0,00 €
Livraison gratuite dès 80€ d'achat
Le vêtement éthique, chic et bio pour toute la famille.
  •  
  •  

Le commerce équitable et le textile

Qu'est-ce que le commerce équitable ?

Quelque soit le secteur où il s'applique, le commerce équitable a pour but d'améliorer les conditions de vie des agriculteurs et des travailleurs des pays les plus pauvres du monde, et ce dans le long terme. Il s'agit concrètement de payer un prix plus juste aux producteurs, indépendamment des cours du marché. Différentes matières premières sont concernées par le commerce équitable, à savoir le café, le cacao, les bananes, mais aussi le coton. Et c'est bien évidemment ce dernier qui nous intéresse particulièrement chez CONCEPT Fibres&Formes.

Quels sont les avantages pour les producteurs de coton équitable ?

  • stabilité et sécurisation des prix indépendamment des fluctuations du marché
  • pré-financement si nécessaire des graines de coton
  • prime de développement (environ 5 cents dollards par kilo de coton issu du commerce équitable) alloué à des projets communautaires (éducation, santé, etc.)

Quelles garanties et obligations pour une certification Fair Trade / Max Havelaar ?

  • interdiction de la discrimination
  • interdiction du travail des enfants et du travail forcé
  • négociation collective et liberté d'association
  • conformitié aux exigences légales minimales en matière de conditions de travail
  • sécurité au travail et garantie de soins
  • (liste non exhaustive)

L'un des plus grands avantages du coton équitable est sa traçabilité. En effet, il est possible de savoir d'où provient le coton utilisé dans les collections des marques que nous sélectionnons. Par exemple, la marque Armed Angels utilise du coton équitable provenenant principalement d'une coopérative en Inde qui a notamment construit une école.


Le commerce équitable: un coton certifié Max Havelaar

« Pour comprendre les mondialisations, celles d’hier et d’aujourd’hui, rien ne vaut l’examen d’un morceau de tissu ». Erik Orsenna

(source Max Havelaar France)

On estime que la culture du coton, fibre reine d'une industrie longue et complexe, fait vivre entre 30 et 50 millions de personnes dans le monde dont une majorité de petits producteurs vivant dans des pays en voie de développement ou émergents et ne cultivant que 2 à 3 hectares incluant également des cultures vivrières. Parmis un grand nombre de ces pays, nombreux sont ceux pour qui l'Indice de Développement Humain est très faible, et le coton constitue une part essentielle des recettes d'exportations et des revenus. Des études ont par ailleurs montré la corrélation entre la baisse du cours du coton et l'augmentation de la pauvreté. Le coton contribue donc d'une part à la sécurité alimentaire des populations et au développement rural d'autre part.

Les producteurs cultivent et vendent du coton dit "coton-graine", transformé ensuite localement en fibre; et c'est cette fibre qui entre sur les marchés mondiaux. Aujourd'hui, les spéculations boursières, les subventions étatiques - les Etats-Unis grâce à leurs subventions parviennent à mettre sur le marché un coton au prix de revient le plus élevé au monde à un prix de vente compétitif - et la concurrence des autres fibres, notamment synthétiques, placent le prix du coton bien trop bas pour être viable pour des millions de petits producteurs qui subissent la situation. Bien souvent "petits" et "isolés", ils ne peuvent faire le poids - seuls.

La filière du coton équitable est née de ce constat en 2004. Aujourd'hui, ce sont environ 60 000 producteurs qui se sont engagés dans la démarche, et plus de 50% de cette production est issue de l'agricullture biologique. En se regroupant, les producteurs sont ainsi plus organisés et plus à même de négocier. Cette nouvelle organisation, orientée sur la prise de décision démocratique permet plus de transparence, plus de réalisations de projets communs et une évolution réelle de la place de la femme dans la société. Le Prix Minimum Garanti (négocié par région et par variété) assure une plus grande stabilité et une amélioration des revenus, qui couplés à la Prime de Dévelopement permettent un développement économique de ces zones rurales. Cependant, ce développement s'il peut concerner des investissements pour améliorer la production, n'est pas seulement économique, il est aussi social et écologique. De nombreux projets ont aboutis en matière d'éducation principalement, ou encore au niveau de la santé. Et une prise de conscience écologique accompagne ces améliorations de conditions de vie. L'environnement est finalement vu comme un moyen de générer de la richesse s'il est préservé car c'est aussi de lui que dépend la qualité du coton.

Le commerce équitable s'inscrit donc bien dans une démarche de développement durable, mais sa survie dépend aussi de la demande, est c'est là qu'à notre niveau nous pouvons intervenir.


En mars 2015, Max Havelaar France faisait un zoom sur la coopérative de Kédougou au Sénégal, retour sur les temps forts.

Depuis l'an 2000, et afin d'améliorer leurs conditions de vie, 59 coopératives de petits producteurs ont décidé de faire partie de l’organisation US-GPC de Kédougou puis d’entrer dans le système Fairtrade. En 15 ans, les producteurs de coton ont vu leurs vies et celles de leurs familles s'améliorer énormémént individuellement, mais aussi au sein de leur communauté.

Crédit photo: Max Havelaar France

Au sein de ces coopératives, la production de coton est faite de manière traditionnelle: c'est à dire de façon manuelle (la plupart de ces producteurs n'ayant pas les moyens de s'acheter un cheval ou un tracteur) et en famille. Le travail de la terre est très difficile et les cultivateurs doivent penser à récolter du coton pour gagner de l'argent mais aussi continuer à produire des céréales pour se nourrir.

La plupart des régions agricoles où est cultivé le coton sont des régions aménagées de très peu d'infrastructures. Les dispensaires et possibilité de formation pour les élèves sont bien souvent absents de ces régions où la survie de la famille reste la priorité. Grâce au coton certifié Max Havelaar, les choses évoluent progressivement. On estime que 40% de la prime de développement est investie dans l'éducation.

Les 5 points clés d'une politique de commerce équitable réussie

1.  Prix Minimum Garanti

... le prix de la qualité, un salaire vital.

2.  Prime de développement

... projets améliorant les conditions de production et de vie de la communauté. (éducation, santé, communication, etc)

3.  Evolution de la place des femmes

... salaires versés directement aux femmes, prise de position au sein de la communauté.

4.  Protection de l'environnement

... il devient un élément clé du commerce équitable. Sans lui, pas de commerce, pas de développement.

5.  AVENIR

L'avenir de ces coopératives et de ses producteurs dépendent en grande partie des achats de produits en coton équitable. A l'heure actuelle, les ventes sont en baisse mais les producteurs comptent sur nous.

“ Le commerce équitable, c'est permettre à un petit producteur de vivre de la sueur de son front  !“

Titambé Diallo, producteur de coton du village thiokétian au Sénégal

"Sur les routes du coton Africain" - Crédit: Max Havelaar France


La quinzaine du commerce équitable fête ses 15 ans.

La Quinzaine du Commerce Equitable, c’est chaque année plusieurs centaines d’événements dans toute la France pour célébrer la consommation responsable et rêver d’un monde plus juste, plus solidaire et plus équitable. 

C’est aussi pour des milliers de Français l’occasion de leur « première fois » en tant que consommateur équitable. Un moment qui nous a tous marqué, à un moment ou à un autre, parce qu’il a du sens.

Cliquez ici pour en savoir plus


Fairtrade / Max Havelaar est un mouvement international qui regroupe des ONG et des représentants de producteurs. Son but : utiliser le commerce pour donner à des paysans et travailleurs agricoles de l’hémisphère sud les moyens de lutter eux-mêmes contre la pauvreté.

En savoir plus sur Fair Trade / Max Havelaar France